May 20, 2015

Climate-Smart Agriculture in Sub-Saharan Africa - Case of Mauritius


 


Climate change is already a reality. The latest assessment of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) shows that global climate change is already damaging crops and undermining food production capacity in much of the world, particularly in poor countries. Negative impacts on crop yields have been more prevalent than positive ones. Even worse, that is often the case for staple foods such as wheat and maize, which feed much of the global population.

Sub-Saharan Africa is particularly vulnerable to climate change. The region is marked by strong dependence on rain-fed agriculture and natural resources, high levels of poverty, and limited infrastructure in rural areas. This region is projected to suffer further water stress, more frequent droughts, floods, and other alteration in rainfall patterns, leading to lower agriculture yields unless adaptation measures are taken. Furthermore, climate change is likely to reduce the land suitable for agriculture, potentially leading to increases in clearing of native forest and pasture lands for crop cultivation, with a consequent significant increase in carbon release. The effects of climate change on African agriculture thus are severe and a major challenge.

In this context, the barriers and opportunities for promoting climate-smart agriculture (CSA) in sub-Saharan Africa have been document by various consultants in the following countries. This means agriculture that: (i) increases productivity and income, (ii) adapts and builds resilience to climate change, and (iii) reduces greenhouse gas emissions where needed.

Scoping studies through the work of national consultants and assessed practices and policies in 15 Eastern and Southern African countries (Botswana, Democratic Republic of the Congo, Kenya, Lesotho, Madagascar, Malawi, Mauritius, Mozambique, Namibia, South Africa, Swaziland, Uganda, Tanzania, Zambia and Zimbabwe). Each of those consultants conducted literature reviews, policy reviews, and key-informant interviews with multiple stakeholders in their countries. The report for Mauritius is available at the FANRPAN  website.

Results
Our findings reveal that the onset impacts of climate change (particularly droughts, floods, and other alterations in rain patterns, with their associated impacts on crop yields and livestock) are already being perceived both by formal experts and by rural populations across Eastern and Southern Africa. Yet, the promotion and uptake of CSA practices remain limited. All countries have examples of both traditional and research-based agricultural practices that can be deemed climate-smart, but they are not mainstreamed and still receive limited support. Such practices include both agroecological techniques (e.g. mulching, intercropping, agroforestry, mixed farming) and agricultural biotechnology, such as high-yield and/or drought-tolerant crop varieties and livestock breeds.

Similarly, Eastern and Southern African countries generally have policies on agriculture and climate change – and do recognize the impacts of the latter on the former. Some countries have developed National Climate Change Policies (e.g. Madagascar, Malawi, Uganda and Zambia), while others countries have National Adaptation Programmes of Action (NAPA) in place (e.g. DRC, Tanzania, Uganda); and/or National Climate Change Response Strategies (Kenya, Tanzania, and Zimbabwe).
However, those policies often lack instruments to achieve the goals they set. Furthermore, they are not sufficiently connected across sectors. There is a clear need for greater policy coherence to avoid conflicts and create synergies. Finally, perverse incentives that hinder CSA implementation (i.e. larger subsidies or other policy incentives for practices that are not CSA) sometimes remain in place and need revision.

Other challenges include limited material (including human resource) capacity, insufficient smallholder participation in governance, and persistent gender discrimination. There are not only financial constraints but also limited access to technology for scaling up CSA practices. Many CSA practices – notably those based on biotechnology, but also suitable machinery for conservation agriculture or small-scale farming – remain expensive and dependent on foreign actors. This reveals an urgent need for South-South and North-South cooperation that promotes the endogenous technological development of Africa.

For greater CSA uptake, it is also fundamental that smallholder, particularly women, have greater participation in policy- and decision-making. Currently, most agricultural and climate policies have been top-down and carried out through “one-way” extension services that tell farmers what to do but hardly listens to them. As a result, not only there is a governance participation deficit, but also difficult implementation. It is essential that institutions be revised to eliminate discrimination against women (e.g. limiting their participation in decision-making or their rights over land) and incorporate the views, needs, interests and concerns of the smallholders who make up the majority of farmers in Africa.
All in all, Eastern and Southern Africa hold great potential for CSA, but this potential needs to be further explored. The region has a large number of traditional agricultural practices as well as research-based programmes and techniques that have CSA qualities. CSA promotion requires concerted action from multiple actors, perhaps most notably from governments themselves, as from non-state actors who can work as CSA advocates. To the same extent that climate change poses an enormous challenge to African agriculture, it may bring about an opportunity to transform it. Not simply an opportunity to change its material basis, but one to shift its policies, institutions, and development strategies in the direction of sustainability and of a food-secure future free from poverty.

May 7, 2015

21 Climate Change Fighthers Organisations




SHARE this list with your social network!
All the best,

Recent reports from both the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) and the National Ocean and Atmospheric Administration (NOAA) have confirmed 2014 as the hottest year on record. Average global temperatures and sea levels are on the rise, and precipitation in crucial agricultural zones is diminishing. The world can no longer ignore these indicators—and, particularly, the connections between climate change and global food security.
The twenty-first Session of the Conference of the Parties (COP21) to the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) will take place in Paris November 30 to December 11, 2015. One of the largest climate conferences ever organized, the session will bring together more than 40,000 participants, including delegates representing each country, as well as observers and civil society members. This crucial conference aims to create a new international agreement on climate with the goal of keeping global warming below 2°C.
Fortunately, many innovative organizations are already on the front lines of this challenge, developing bold new ways to spread knowledge and sow the seeds of change for future generations. From providing hands-on educational outreach to influencing policy with innovative research, each of these groups has a unique approach to connecting and engaging individuals. A dynamic and powerful idea unites these organizations: small change in everyday habits, mixed with effective information gathering and sharing, can lead to big change in the long run.
To show support and solidarity for those working to find ways to mitigate and adapt to climate change, Food Tank is highlighting 21 organizations devoted to bringing about global change. 
350 is a global network including campaigns and organizing in 188 countries including Ghana, Peru, Brazil, Kenya, India, and more. Their work focuses on reducing the amount of CO2 in the atmosphere from its current level of 400 parts per million (ppm) to below 350 ppm. 
This organization connects Americans with information on responsible practices pertaining to water, energy, and food. Leveraging the resources and experience of the Schmidt Family Foundation, the 11th Hour Project pushes for a new kind of understanding in a community attuned to human impact on the natural world.
This organization addresses the crucial agricultural and climate-related issues in California’s farming communities. Relying on the power of democracy for collective change, the Ag Innovations Network encourages stakeholders to connect through shared interests with an eye to managing collective resources, like soil and water, more effectively.
A research program at the Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, this group focuses on the interconnectivity of public health, the environment, food production, and diet. Concentrating on environmental sustainability in food production and the importance of systems-level change, the Center for a Livable Future is on the cutting edge of climate change and food systems research.
Center for Food SafetyThe Center for Food Safety (CFS) developed the Cool Foods Campaign to show food can be part of climate solutions. The campaign emphasizes eating fresh, unprocessed foods; buying local and seasonal products; choosing organic fare; eliminating industrial meat and dairy consumption; and reducing food waste. The Center also supports rebuilding soil to help producers mitigate and adapt to climate change.
A collaborative research program from CGIAR and Future Earth, led by the International Center for Tropical Agriculture (CIAT), CCAFS focuses on the interactions between agriculture and climate change. From efforts to reduce rural poverty with innovative planting techniques to promoting responsible use of community resources, CCAFS leverages a myriad of research approaches and partnerships to address climate change and agricultural issues.

Apr 26, 2015

Installation of the New Chancellor- Dr Jean Claude Autrey

La cérémonie d’installation du nouveau chancelier de l’Université de Maurice (UoM) a eu lieu hier en présence de la vice-présidente de la République, Monique Ohsan-Bellepeau — le Président Kailash Purryag étant en visite en Inde —, du Premier ministre sir Anerood Jugnauth et de la ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun. Jean-Claude Autrey a soutenu qu’une attention spéciale devait être accordée à la relation entre les qualifications et l’emploi. « The main issue is not matching people to jobs, but to empower them to integrate future jobs by developing their employability », a-t-il déclaré. Il est revenu à la vice-chancelière, le Professeur Romeela Mohee, de présenter Jean-Claude Autrey, qu’elle a qualifié de « right man in the right place ».


The VC, Prof R.Mohee and the new Chancellor, Dr J.C. Autrey


Jean-Claude Autrey a une très longue carrière dans le domaine de la recherche sur le plan local et international, dont 48 ans au Mauritius Sugar Industry Research Institute (MSIRI). Son installation au poste de chancelier intervient une année après la célébration du centenaire de l’École d’Agriculture, à la base de la création de l’UoM, qui célébrera ses 50 ans cette année.


Apr 24, 2015

Dr Hudaa Neetoo, Runner Up of the MRC Best Young Mauritian Scientist 2015


Dr Hudaa Neetoo, an academic staff of the Faculty of Agriculture, won the second prize of the Best Young Mauritian Scientist competition 2015. 

This award aimed at recognizing the efforts of young Mauritian scientist researchers of no more than 35 years old, in the field of Natural Sciences, Social Sciences and Technology, through an open competition evaluated by a jury panel of local experienced intellectuals, chaired by Professor Ameenah Gurib-Fakim. The process involved an application, followed by a presentation and interview by the jury panelists.
Congratulations!!!!

Dr Hudaa Neetoo, second from the right
The winner, Dr Shameem Fawdar, (fourth from the right) was awarded a cash prize of Rs 100,000, a trophy, a Recognition Certificate and support to a maximum of Rs 50,000 for a short term attachment in a University abroad for a research or study tour.

Two runner-ups were also named and rewarded accordingly. Dr Swaleha Hudaa Bibi Neetoo won the second prize and Dr Kessen Shunmoogum Patten, the third prize. While the former got a cash prize of Rs 75,000, the latter obtained Rs 50,000. Both runner-ups received support to a maximum of Rs 50,000 for a short term attachment in a University abroad for a research or study tour. The award ceremony also saw the presentation of rewards to winners of the second edition of the Mauritius Research Council Post Graduate Conference 2014 held in October 2014, where some 21 students from the natural sciences and engineering as well as social sciences fields presented their respective MPhil/PhD project

Apr 21, 2015

The tradiotional milk man in MAuritius

Coup de projecteur sur un métier traditionnel qui se perd dans le sillage du temps Source L'express 2012

Apr 18, 2015

Milk Production in Mauritius

Maurice : Production locale d'un lait frais pasteurisé made in Mauritius, immersion au coeur d'une ferme laitière à Salazie

Maurice : Production locale d'un lait frais pasteurisé made in Mauritius, immersion au coeur d'une ferme laitière à Salazie

3500 litres de lait frais, produits par la ferme de Salazie, seront sur le marché à partir de cette semaine. Avec cette production quotidienne, cette ferme apportera un peu plus d’un million de litres de lait frais sur le marché annuellement. La production de lait à Maurice a connu une augmentation conséquente depuis 2008 passant de 3,3 millions de litres à 6,5 millions de litres l’année dernière.La ferme de Salazie compte 600 têtes dont 330 vaches laitières de la race Jersiaise. C’est une race qui produit le lait le plus riche en protéine et vitamines au monde. A partir de cette semaine, la ferme va commercialiser son lait à travers les grands supermarchés du pays. Le lait sera vendu sous la marque Mia. C’est du lait pasteurisé qui doit être mis au frigo et consommé dans 10 jours. La ferme de Salazie contribue énormément à la production locale. Cette ferme avait été lancée en 2008 par un promoteur sud africain. Après deux années d’opération, elle a été vendue à Eric Series. Mais c’est Hugues Havrez, un Belge qui est le Chief Executive Officer (CEO). “A la ferme de Salazie, on a 600 têtes dont 330 vaches et les autres bêtes sont des génisses et des veaux. Dans les prochaines 5 années la ferme comptera quelque 800 vaches. De ce fait, la ferme aura une capacité de production de 4 millions de litres du lait frais par an. Actuellement on produit que 1, 2 million de litres. Le lait est pasteurisé à la ferme et mis en bouteille sur place. Ils sont 39 employés à travailler dans cette unité de production. A la ferme on fait de sorte qu’une vache engendre une génisse chaque année afin qu’on puisse avoir du lait. Mais si c’est un veau qui est né alors on le vend”, a-t-il dit. “La capacité de stockage est de 28 000 litres mais la ferme ne produit que 3 500 litres de lait. Le lait est stocké dans une température de 4 degrés. C’est deux fois par jour qu’on traire les vaches notamment le matin vers 4h et dans l’après midi à 13 heures”, dit Hugues Havrez. Le gouvernement a mis en place un programme d’aide financière de Rs 30 000 roupies pour l’achat d’une génisse. A Maurice nous avons quelque 7 000 petits éleveurs qui sont engagés dans la filière bovine. Hugues Havrez explique qu’un fourrage de meilleure qualité a également contribué à cette hausse de la production laitière. Aujourd’hui quelque 78 hectares de fourrage sont plantés sur l’île. Hugues Havrez compte agrandir son troupeau car l’infrastructure lui permet. “Il y a aussi le fait que Maurice ne produit que 5% du lait pour la consommation locale. La demande est grande. C’est un marché à exploiter. Chez nous, ce qui fait la différence, c’est que le lait est frais et pasteurisé. Avec les vaches de Jersiaise le goût du lait est différent”, a-t-il souligné. En ce qui concerne la nourriture de ses animaux, Hugues Havrez soutient que, le matin, les vaches mangent de l’herbe et l’après midi, des aliments qui contiennent la canne à sucre et le maïs. “Les animaux sont importés de l’Afrique du Sud. C’est sur 160 arpents que l’élevage se fait. Une vache peut manger jusqu’à 3, 5 kg tous les jours.” Pour rappel, Maurice importe près de 112 millions de litres de lait chaque année pour environ trois milliards de roupies. La consommation de lait dans le pays se situe autour de 120 millions de litres par an.

Apr 10, 2015

UNESCO’s Open Access (OA) Curriculum is now online



UNESCO’s Open Access (OA) Curriculum is now online


CC BY SA
“Building inclusive Knowledge Societies through information and communication” is one of the key objectives for UNESCO’s Medium-Term Strategy. By adopting this objective, UNESCO Member States have recognized that knowledge plays a key role in economic growth, social development, cultural enrichment and democratic empowerment. This decision of the Members States has influenced UNESCO‘s Open Access program, through which the organization received a unique mandate to work on OA policy issues; bridge knowledge pools on OA across the world and build capacities to better understand Open Access. 
Within the overall framework of the organization’s strategy on OA, the recent launch of OA curricula for Researchers and Library Schools by UNESCO highlights its efforts for enhancing capacities to deal with Open Access issues. The carefully designed and developed sets of OA curricula for researchers and library and information professionals are based on two needs assessment surveys, and several rounds of face-to-face and online consultations with relevant stakeholders.
These curricula will soon be converted into self-directed e-learning tools, which will enable users to self-assess their knowledge on Open Access and take a learning pace that is initiated and directed by the learners themselves. UNESCO also aims to strengthen this initiative by translating the OA curricula into several languages that will increase their reach and impact.

The complete set of five OA modules for researchers can be downloaded by clicking the following links:

Curriculum for Researchers
UNESCO promotes Open Access (OA), with particular emphasis on scientific information (journal articles, conference papers and datasets of various kinds) emanating from publicly funded research. Working with partners, UNESCO works to improve awareness about the benefits of OA among policy makers, researchers and knowledge managers. Through its global network of Field OfficesInstitutes and Centers, UNESCO facilitates the development and adoption of OA-enabling policies. In addition, UNESCO engages in global OA debates and cooperates with local, regional and global initiatives in support of OA.



Mar 16, 2015

WORLD CONSUMER DAY - 15 March 2015

Healthy Food Now!
Unhealthy diets contribute to more than 11 million deaths a year. This means it is now a bigger killer than tobacco. Obesity alone is estimated to cost $2 trillion per year. And this isn’t just a ‘rich world’ problem - some of the biggest increases in diet-related diseases such as diabetes, heart disease and some cancers are in developing countries.
Unhealthy diets are linked to four of the ten biggest causes of death worldwide: overweight and obesity, high blood pressure, high blood glucose and high cholesterol. Obesity alone is estimated to cost US$2 trillion per year. It really is time the world woke up to the price of unhealthy diets. 
It is why CI has decided to make helping consumers choose healthy diets the theme of World Consumer Rights Day (WCRD) 2015. 
 
WCRD 2015 fastfood&logo
CI Members around the world will be staging campaign actions to draw attention to the difficulties faced by consumers in choosing healthy diets.
It really is time the world woke up to the price of unhealthy diets.
Consumers International and the global consumer rights movement are calling for the World Health Organisation (WHO) to develop a global treaty to support consumers’ rights to healthy food. A global treaty would:
  • Reduce very high levels of fat, salt and sugar in everyday foods
  • Reduce the marketing of junk food to children
  • Provide clear nutrition labelling to help consumers choose a healthy diet
  • Improve the standards of food served in public institutions such as schools 

Mar 13, 2015

Journée mondiale des droits des consommateurs

Journée mondiale des droits des consommateurs : Pour un contrôle sur la publicité des fast-foods | Defimedia.info


L a Consumer Advocacy Platform réclame, à l’occasion de la Journée mondiale des droits des consommateurs, un contrôle sur les publicités en faveur des aliments malsains, tels que les fast-foods et les boissons sucrées. Ce contrôle pourrait interdire de telles publicités dans un rayon de 100 mètres des institutions primaires et secondaires. cette initiative marque, pour l’organisation, pour un plaidoyer en faveur des consommateurs, la Journée mondiale des droits des consommateurs observée chaque année le 15 mars. Celle-ci mettra l’accent, cette année, sur les droits des consommateurs à une alimentation saine. La CAP, qui observe aussi son premier anniversaire ce 15 mars, demande au ministre de la Santé de soutenir l’initiative de Consumers International (CI).

Celui-ci réunit plus de 220 organisations de consommateurs dans 80 pays, en faveur de l’adoption par l’Organisation mondiale de la santé d’une Convention mondiale pour la protection et la promotion d’une alimentation saine. La deuxième Conférence internationale sur la nutrition (ICN2), organisée par l’Organisation mondiale de la Santé et la FAO, en novembre dernier, mettait l’accent sur la nécessité d’une action coordonnée et une politique cohérente en vue de mettre fin à la malnutrition globale et la sécurité alimentaire.

En prévision de cette conférence, Consumers International, World Obesity Federation, UK Health Forum, ainsi que des organisations de consommateurs des îles Fidji et du Mexique avaient circulé, dans une lettre ouverte, la proposition en faveur d’une Convention globale pour protéger une alimentation saine. Cette initiative avait bénéficié du soutien de plus de 320 experts et organisations. Pour CI, les recommandations en vue d’une telle Convention-cadre reflètent un consensus mondial entre les pays, les spécialistes de la santé publique et les ONG.

Cela, sachant qu’un ensemble complet d’outils politiques est nécessaire pour promouvoir et protéger une alimentation saine. Pour sa part, la World Alliance for Breastfeeding Action (WABA) a exprimé son soutien à l’initiative de CI. Elle estime que cette convention met l’accent en faveur d’une sensibilisation sur l’alimentation, un contrôle renforcé sur la publicité en faveur des aliments malsains et l’étiquetage éthique des produits alimentaires et des boissons. La CAP demande, de plus, au ministère de la Santé, de démarrer de nouvelles consultations en vue d’apporter des amendements à la Food Act.

Cela, pour renforcer ou mettre à jour les provisions sur l’étiquetage nutritionnel. L’organisation demande aussi au ministre de la Protection des consommateurs d’offrir à la Legal Metrology Division du ministère du Commerce, plus de moyens en vue d’exercer une surveillance renforcée sur les indications sur les emballages de produits alimentaires. La CAP a relevé, entre autres, de nombreuses indications, notamment sur les boissons sucrées, qui sont en violation de cette loi.

Promouvoir le droit à une alimentation saine
Àelle seule, l’obésité coûte environ 2 000 milliards de dollars par an, ou 2,8 % du produit intérieur brut (PIB) mondial, soit l’équivalent du coût économique mondial du tabagisme ou des violences de guerre. L’obésité ne touche pas que les pays riches. Les maladies liées à l’alimentation, telles que le cancer, les problèmes cardio-vasculaires et le diabète, augmentent bien plus rapidement dans les économies en développement. L’obésité est devenue une épidémie.

Les organisations de consommateurs, à travers le monde, soulignent la nécessité d’une transformation globale de la façon dont les gens se nourrissent. Tous les consommateurs ont non seulement le droit à l’alimentation, mais aussi à une alimentation saine. Les maladies et handicaps prématurés causés par des pathologies liées à l’alimentation appauvrissent les familles, réduisent la productivité et provoquent la faillite des systèmes de santé. L’offre d’aliments sains est de plus en plus affectée par la disponibilité, l’accessibilité et le prix des produits alimentaires transformés, à teneur élevée en graisses, en sucre et en sel. Ces produits sont abondamment vantés et commercialisés aux dépens d’aliments plus sains et nutritifs ou des produits locaux.

La Consumer Advocacy Platform (CAP) soutient la démarche de Consumers International (CI), en faveur d’une Convention mondiale pour la protection et la promotion d’une alimentation saine. Elle en a fait sa priorité. L’invitation au ministre de la Santé à soutenir l’initiative de CI à la prochaine Assemblée mondiale de la santé, figure en première position des propositions de la CAP au gouvernement. L’adoption de la Convention-cadre sur le Contrôle du Tabac, dix ans de cela, a été un moment décisif dans la lutte contre le tabagisme sur le plan mondial.

Elle est la preuve de ce qui peut être réalisé quand les décideurs se serrent les coudes pour un objectif sanitaire public. C’est pour cela que l’organisation internationale des consommateurs a choisi, pour la prochaine Journée mondiale des droits des consommateurs, de faire campagne en faveur d’une Convention-cadre disposant du même mécanisme dont dispose celui sur le contrôle du tabac. Ensemble nous pouvons vaincre la malbouffe et promouvoir une nation saine.

Daya Goburdhun, de l’UoM : « Un effort multisectoriel pour éduquer les consommateurs »

La Journée mondiale des droits des consommateurs est axée sur la promotion et la protection d’une alimentation saine. Dans cette optique, Consom’ Action a interrogé Dayawatee Goburdhun, Associate Professor, à l’Université de Maurice (UoM).


Consom’ Action : Quel regard portez-vous sur les habitudes alimentaires des Mauriciens ?
Maurice vit une transition nutritionnelle, un phénomène observé dans les pays en plein développement. Celle-ci peut être décrite par le changement d’une alimentation monotone, mais riche en amidon et fibres, faible en gras. Mais aussi, d’une vie physiquement active à une alimentation plus diversifiée, mais riche en sucres, en graisses animales saturées et en aliments transformés, faible en fruits, légumes et fibres et à un mode vie sédentaire.

Cette transition alimentaire est malheureusement préjudiciable à la santé, ce type d’alimentation étant à l’origine de nombreuses pathologies comme l’obésité et diverses maladies cardio-vasculaires par exemple. Les Mauriciens passent moins de temps en cuisine, même s’il y a toujours cet attachement aux trois repas traditionnels. L’alimentation de rue et la restauration hors du domicile sont très communs. D’après les études du ministère de la Santé et de la Qualité de la vie, ces dernières décennies ont vu une augmentation de la consommation de lipides, de produits transformés, des sucres simples.

Parallèlement, il y a eu une augmentation de personnes en surpoids ou souffrant d’obésité, de diabète, d’hypertension et de maladies cardio-vasculaires. Plusieurs études associent ces maladies en partie à une mauvaise alimentation. D’après une récente étude menée par l’Université de Cambridge, Maurice a été classée quatrième sur 197 pays à travers le monde, sur la consommation des fruits et des légumes. Par contre, le National Action Plan du ministère de la Santé rapporte que 30.7 % des enfants entre 5-11 ans et 38.4 % des adolescents entre 12-19 ans ne consomment pas de fruit quotidiennement.

> La taxe sur les boissons sucrées ne semble pas avoir l’effet escompté ? Quelle est votre opinion sur ce sujet ?
Dans une perspective de santé publique, la mise en place d’une taxe sur les boissons sucrées est motivée par deux objectifs. Premièrement, pour inciter les consommateurs à en réduire la consommation. Et, en second lieu, elle consiste à générer des revenus des taxes qui pourraient être utilisées pour financer des initiatives de promotion de saines habitudes alimentaires et même pour traiter les maladies associées au surpoids et à l’obésité.

Sans doute, la taxe a dû réduire la consommation. L’idée de taxer les boissons gazeuses pour lutter contre l’obésité paraît intéressante, mais elle n’est toutefois pas LA solution. L’interdiction de vente des boissons gazeuses dans des établissements scolaires est une très bonne chose. On ne sait pas avec certitude si la hausse du prix des boissons sucrées ou cette interdiction encourage les consommateurs à remplacer leur boisson gazeuse par un jus qui est meilleur pour la santé. De plus, ces mesures peuvent encourager les consommateurs à se tourner inconsciemment vers des substituts contenant davantage de calories. Les entreprises redéploient les stratégies de marketing pour pallier à la baisse des ventes. Néanmoins, je pense que cette taxe a probablement des effets bénéfiques sur la santé publique, surtout en envoyant un message fort à la population.

> Comment évaluez-vous les diverses campagnes d’éducation visant à promouvoir une alimentation saine ?
Le ministère de la Santé mène plusieurs campagnes d’éducation (des causeries, démonstrations, distributions de pamphlets, programmes à la radio et à la télé) pour aider les gens à développer de bonnes habitudes alimentaires. Idem pour le ministère d’Éducation, qui a revu son curriculum pour intégrer la formation sur l’alimentation dans ses manuels scolaires. Les journaux parlent de l’alimentation saine. Même si les campagnes de prévention et d’information ne cessent de nous rappeler l’importance de bien manger, on mange plus et mal et on dépense moins d’énergie.

Où se situe le problème ? Je me référerai à la Charte d’Ottawa de 1986, qui préconise une action intégrée à travers cinq axes. Primo, l’élaboration de politiques favorables à la santé ; secundo , la création d’environnements favorables ; tertio, le renforcement de l’action communautaire ; quarto, l’acquisition d’aptitudes individuelles, et quinto, la réorientation des services de santé. Il faut mettre sur pied une campagne médiatique stratégique bien ciblée sur une alimentation saine et l’activité physique. Un effort multisectoriel conjointement avec d’autres ministères et le secteur privé. Il nous faut une approche éducationnelle qui responsabilise les consommateurs pour qu’ils prennent conscience et choisissent eux-mêmes de ne pas consommer des produits néfastes à la santé.

> Êtes-vous en faveur de l’interdiction de la publicité faisant la promotion des fast-foods ?
Wikipedia définit le fast-food – restauration rapide – comme étant un mode de restauration, dont le but est de faire gagner du temps au client en lui permettant d’emporter rapidement les plats commandés. Cela, pour un prix généralement moindre que dans la restauration traditionnelle. Les fast-foods sont très souvent associés à la malbouffe, à une mauvaise alimentation. C’est mondialement connu que les fast-foods sont, en général, trop riches en gras, sucre et sel, additifs et pauvres en fibres végétales. Le paradoxe du fast-food est qu’il a mauvaise image, mais connaît un véritable succès.

Selon un rapport sur «La publicité alimentaire destinée aux enfants», plusieurs études médicales ont établi une relation entre écoute de la télévision et obésité. Cela, dû à l’inactivité qu’elle comporte, du « grignotage » qui l’accompagne souvent, mais aussi en raison de l’incitation à consommer des aliments sucrés et des boissons gazeuses. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la publicité en faveur des produits alimentaires a des effets sur les choix du consommateur et influence ses habitudes alimentaires. Dans sa stratégie, l’OMS recommande que les publicités pour les aliments et les boissons ne doivent pas exploiter l’inexpérience ou la crédulité des enfants.

De nombreux pays espèrent introduire des restrictions strictes sur la publicité en faveur des fast-foods; il y a des demandes souvent publiques en vue de minimiser leur promotion. Pourquoi pas à Maurice où le taux des maladies non-transmissibles est alarmant ? Un règlement sur la publicité visant les fast-foods fera partie de l’action intégrée vers une alimentation saine. Les autorités doivent travailler avec les associations de consommateurs et avec le secteur privé (y compris le secteur de la publicité) afin d’élaborer des approches multisectorielles appropriées pour s’occuper de la question de la commercialisation et la publicité des aliments.

> Quelle est, selon vous, la responsabilité de l’industrie alimentaire dans la promotion d’une alimentation saine ?
La fourniture d’aliments sains et nutritifs est une responsabilité partagée par chaque maillon de la chaîne alimentaire. Notre pays possède une industrie alimentaire, petite et grande, qui joue un rôle important dans la promotion d’une alimentation saine. Les objectifs principaux de l’industrie alimentaire sont de vendre, de réaliser un bénéfice et de mieux faire que les concurrents. Mais les faits sont là : les maladies liées à une mauvaise alimentation rongent la société. On mange mal.

Cela présente une opportunité pour le secteur d’innover en termes d’ingrédients, de méthodes de production, de l’emballage, de l’étiquetage. Par exemple, l’industrie laitière a répondu au souhait des autorités et de la population de réduire leur apport de graisses et de calories en mettant sur le marché davantage de lait écrémé, des produits sans sucre ajouté. Les consommateurs ont répondu favorablement à cette démarche. Idem pour les produits complets, par exemple farine et pain complet. On peut réduire le taux de sel dans les produits transformés, revoir la quantité et qualité de la matière grasse utilisée. Il peut parrainer des campagnes pour la promotion des habitudes alimentaires saines.

> Comment voyez-vous l’initiative des organisations de consommateurs visant à faire adopter par l’OMS une Convention mondiale pour promouvoir et protéger une alimentation saine ?
Je comprends que la Convention se base sur le travail des Nations unies en matière de lutte contre l’obésité et les maladies non transmissibles. Les organisations non gouvernementales, des gouvernements et des professionnels de la santé publique ont été consultes et prêteront main-forte aux autres mesures prises pour promouvoir une alimentation saine.







Mar 10, 2015

FAO GM Foods Platform

 
This is to inform you that the country profile for Mauritius is accessible on the following website, http://fao.org/gm-platform. The platform is to share information on safety assessment of foods derived from recombinant-DNA plants authorized in accordance with the Codex “Guideline for the conduct of food safety assessment of foods derived from recombinant-DNA plants (CAC/GL 45-2003, annex III adopted in 2008)". This Platform also facilitates the effective utilization of food safety assessment in situations of Low Level Presence (LLP) of r-DNA plant materials in food.

The FAO GM Foods Platform is freely accessible for those who want to browse the information with the Codex guideline CAC/GL 45-2003, annex III adopted in 2008.

All relevant information can be forwarded to the focal points of the following mail address: gmfoodplatformmru@gmail.com. Please note that the contributor is responsible for the correctness of the submitted information and thus every effort should be made to provide quality and reviewed information. A format with details on information to be provided is hereby annexed for ease of use.