Jun 24, 2016

The Principal Tech of the APS Department, Ms Marie Claire Retires

The Academic and technical staff of the Agricultural Production and Systems (APS) department, Faculty of Agriculture joined together on 24 June 2016 to bid farewell to Miss Pic Sin (Marie Claire) LEE HUNG CHUEN after her 38 years of loyal service at the University of Mauritius. At the gathering, past memories of her work at the Faculty flooded the joyous ambiance. We  cherished the good moments and drawn lessons from the not so good ones during the time we spent working together.

We wish her a fruitful and happy retirement.  

In a brief note of appreciation she humbly said:
Thank you all, for your presence, warm wishes and fabulous gift.
Indeed time has flied so fast and  it's time for me to exit from FOA , as Shakespeare famous quote in 'As You like it"
  
All the world's a stage,
And all the men and women merely players;
They have their exits and their entrances,
And one man in his time plays many parts,
His acts being seven ages.


A special thank you to
  •  HoD Dr. A. Ruggoo for his ever encouraging attitude and advice but without interfering unnecessarily. giving me carte blanche for the management of labs
  • the lecturers of the Animal Section: Dr, F. Driver ( organizer of the get together) and Mr. K.Boodhoo (responsible for the nice posting on the Faculty blog) with whom I have worked since they joined UoM.I treasure all the memorable moments we share especially the practicals and research projects on Farm
  • Technical staff APS for their dedication , cooperation, team spirit
To conclude,  as we are talking so much of role models these days , I can say that for us Technical staff Mrs. F. Driver is our role model for her professionalism, integrity, intellectual rigour and kindly understanding. 

Well Done Marie Claire.

Jun 21, 2016

5-Day short course in Food Microbiology at the Faculty of Agriculture for Food Professionals

A SHORT COURSE FOR FOOD PROFESSIONALS!!!!!!


Pictures of the trainees of the Food Microbiology Short Course



Professor Donald Arthur Cowan from University of Pretoria will also give a seminar titled “Omics technologies in food and environmental microbiology” during this short course. 


 

A SHORT COURSE FOR FOOD PROFESSIONALS


The course fee is MUR 10,000 per person and it's MQA approved 
Click here for the link to the advertisement on UoM website

COURSE CONTENTS 


 

Jun 20, 2016

Faculty of Agriculture at the Tedx Event May 2016

Contributor Dr H.Neetoo

 TED Talk



Friday 21 May 2016 at 5:00pm, a series of talks was oragnised by TEDx Talk, under the theme “Food for Thought” at the Trianon Convention Centre. The nine speakers are influential models from various walks of life- artists, scientists and academicians.Two staff from the Faculty of Agriculture gave 2 inspring talks at the event, Dr H.Neetoo, academic staff and Mr V.Ramborun, an MPhil/PhD student.

Mr Ramborun discussed why the agricultural sector is facing youth unemployment.
22,000 unemployed youth in Mauritius. Only 10% of farmers are youth. Who will grow our food in the future. Why not earn a living with roof top farming and coriander.

Dr Neetoo explained how use of high pressure processing can preserve the quality of seafood products. Seafood - when you see it what do you think - irresistible, mouthwatering, gourmet? Or Perishable? High pressure processing, a technique for seafood shelf life extension which keeps the texture, taste and colour. Below are the two videos of their presentations.

Dr H.Neetoo presentation



Mr V. Ramborun Presentation


Jun 17, 2016

9th Edition of the University of Mauritius Research Week 12-16 Sep 2016

Call for Abstracts

9th Edition of the UoM Research Week

UoM research theme: "Knowledge to action".

12 to 16 September 2016

The Faculty of Agriculture research theme

"Innovation and Technology Transfer: Advancing Sustainable Agri-food Production

 

The 9th Edition of the UoM Research Week will be organised by the University of Mauritius from 12 to 16 September 2016.

The Research Week aims at providing a consolidated platform for staff, students and researchers to interact and carry out peer discussions on ongoing or emerging research. The main objective of the Research Week is therefore to showcase research being undertaken in the country.

Academic Staff members, students and participants are invited to submit extended abstracts for oral presentations and poster sessions. Stakeholders from private and public sectors including alumni are welcome to participate.

Up to two (2) oral presentations will be allowed per presenter. Oral presentations will be of a duration of 20 minutes (including question time). Poster presentations should be in A1 format.

SUBMISSION GUIDELINES

Extended abstracts should be submitted online at latest by 18 July 2016 and should include the following details:
  • ​The Presentation title (up to 20 words);
  • The name, affiliation and email of all authors;​
  • Paper type (oral or poster);
  • A word description (between 500 and 700 words) of the presentation (extended abstract).
The extended abstract should comprise the background and objectives of the study, approach and methodology, major findings of the research work, conclusion and significance, and up to five (5) keywords.

All extended abstracts will be blind reviewed and the corresponding author will be notified of acceptance at latest by 12 August 2016. Accepted abstracts will be published in the UoM Research Week e-Book of Abstracts.

Those who wish, may submit their full paper(s) to the UoM Research Journal
http://vcampus.uom.ac.mu/pvcacd/resjournal/ at latest by 31 October 2016 for online publication in the Special Issue of the Journal.

All abstracts should be formatted as per the attached template and submitted via the online submission system


IMPORTANT DATES
Online submission opens on 17 June 2016
Abstract Submission Deadline: 18 July 2016
Notification of Acceptance: 12 August 2016

​More information is available in the website of the UoM Research Week 2016
http://sites.uom.ac.mu/rw2016/

Glimpses of the Visit of the External Examiner Prof Alison Bailey, New Zealand, Prof Collins, Australia and Prof Cowon , South Africa

Jun 16, 2016

IAEA Helps Mauritius Become an African Training Hub Against Fruit Pests

IAEA Helps Mauritius Become an African Training Hub Against Fruit Pests 

Reduit, Mauritius 
2016/18 
Shaukat Abdulrazak, Director of the Africa Division, IAEA Department of Technical Cooperation, and Mahen Kumar Seeruttun, Minister of Agro-Industry and Food Security of Mauritius, at the inauguration ceremony for an irradiator in Reduit, Mauritius. (Photo: L. Viegas Assumpcao/IAEA)
A new irradiator inaugurated in Mauritius today will help the island nation step up its fight against fruit flies threatening valuable crops and also support other African nations in controlling insect pests causing major economic losses to farmers.
Partly funded by the International Atomic Energy Agency (IAEA), the EUR 238,000 machine will enable Mauritius to more than double its capacity to use the Sterile Insect Technique (SIT) - a kind of birth control for such pests - to suppress fruit flies.

Jun 6, 2016

Le Limon de Rodrigues - Potential for the cosmetic Industry

Le limon de Rodrigues pour parfumer autre chose que les achards. Qui sait? Il pourrait un jour devenir une essence pour parfumeur de luxe. Des travaux sont en cours au Centre IDP à Socota. C’est ce qu’a indiqué la présidente de la République, qui est à la base une scientifique. C’était le vendredi 3 juin à la Résidence de France. Ameenah Gurib-Fakim y donnait une conférence sur le thème Plantes et parfums.

«Le limon de Rodrigues a un très gros potentiel de labellisation.» Parmi les raisons pouvant motiver l’obtention de l’appellation d’origine contrôlée: «Si vous plantez des limons de Rodrigues à Maurice, vous n’avez pas le même produit. C’est un produit qui est propre à Rodrigues.»

Avant d’occuper le château du Réduit, Ameenah Gurib-Fakim, chimiste de formation, a mis un terme à une longue carrière à l’université de Maurice pour diriger le Centre international de développement pharmaceutique (CIDP), basé dans les locaux de l’ancienne usine de Socota, à Phoenix.

À la présidente de la République de confier à l’assistance: «La science est entre parenthèses pour moi en ce moment.» En souriant, elle a ajouté: «Il faut enlever la deuxième parenthèse pour avancer. Quand j’ai quitté l’université pour Socota, c’était pour donner une orientation commerciale à des recherches commencées depuis la fac.»

«Les graines du limon de Rodrigues contiennent des molécules très demandées en cosmétique, car c’est un composant anti-âge.»

L’intervenante a également raconté que lors d’un séjour dans l’île autonome, l’année dernière, «je leur ai dit qu’avec leur produit, ils pouvaient en faire trois autres». Bien sûr, les achards emblématiques de Rodrigues. «Mais ils peuvent aussi en faire des huiles essentielles. Par ailleurs, les graines du limon de Rodrigues contiennent des molécules très demandées en cosmétique, car c’est un composantanti-âge. Sans oublier l’eau florale, qui entre dans la composition des jus, entre autres.» La présidente-pédagogue n’a pas manqué de souligner que l’estimation de la production annuelle de limons à Rodrigues est de six tonnes, «dont deux qui finissent dans les poubelles parce qu’ils n’ont pas les moyens de développer le produit».

Critique, Ameenah Gurib-Fakim est d’avis qu’il n’est pas possible de demander aux agriculteurs de produire s’il n’y a pas de marché. «C’est là où le bât blesse, la filière n’existe pas. Il y a une masse de connaissances qui existe et qu’il faut valoriser. Évidemment, on ne peut pas commencer avec l’huileet finir avec les parfums. Chacun son métier. C’est ce positionnement qui va déterminer la valeur ajoutée du produit. Quand vous regardez le budget d’un parfum, on parle d’au moins 100 millions d’euros.»

Le limon de Rodrigues y est cultivé depuis plus de 300 ans, a indiqué pour sa part Jean-Louis Roule, directeur général du CIDP. Il pousse dans un sol à la fois volcanique et calcaire. C’est un limon qui n’est pas traité chimiquement. L’isolement de Rodrigues lui permet aussi de conserver ses caractéristiques génétiques.

« L’agriculture n’attire pas la jeune génération. Nous avons le devoir de revaloriser le métier d’agriculteur. »

Jacqueline Sauzier: « L’abandon des terres agricoles doit impérativement être stoppé »

Jacqueline Sauzier
Les partenaires de l’agriculture doivent accepter que le secteur agricole mauricien est confronté à des défis. Pour la secrétaire générale de la Chambre d’Agriculture, Jacqueline Sauzier, il est important que l’industrie devienne un pilier moderne de l’économie.
« L’agriculture n’attire pas la jeune génération. Nous avons le devoir de revaloriser le métier d’agriculteur. »
Le Budget 2016-2017 est annoncé pour le 6 juin. Quelles sont les attentes de la Chambre d’Agriculture ?
Nous avons soumis, comme tous les ans dans le cadre des consultations pré-budgétaires, les requêtes de la Chambre d’Agriculture. Le secteur sucre est confronté à de grands défis et à des difficultés financières. La Chambre d’Agriculture souhaite une révision de la législation afin d’éliminer la différenciation avec d’autres secteurs économiques, en particulier en ce qui concerne le droit du travail.  L’industrie sucrière doit être intégrée à l’économie nationale.
Et quid du secteur non-sucre ?
Du coté non-sucre, nos requêtes ont tourné autour du programme Smart Agriculture et la revalorisation du secteur agricole. Nous souhaitons la mise en place de programmes de formation et de sensibilisation pour tous les agriculteurs, ainsi que la certification pour aller vers la réduction de pesticides. Il faut aussi une révision de la législation relative au  secteur agricole, à l’enregistrement des agriculteurs, et à l’importation des produits chimiques. Le rôle des institutions liées au secteur non-sucre doit être revue et les  produits revalorisés par une commercialisation pouvant assurer la traçabilité des produits.
Ce sont des propositions ambitieuses…
Nos requêtes sont ambitieuses mais tout à fait réalistes tenant compte de l’objectif avancé de mettre à la disposition des consommateurs mauriciens 50 % de produits d’origine bio d’ici cinq ans.
« Il existe dans la loi du travail régissant l’industrie sucrière des contraintes qui ne nous aident pas. »
Il est question d’harmoniser les lois du travail pour l’ensemble de l’industrie agricole. Pourquoi ?
Le secteur de la canne fait face aujourd’hui à des défis importants. Avec la fin du Protocole Sucre, nous évoluons dans un marché libre et de plus en plus ouvert. Dans ce contexte, nous devons nous montrer réactifs et compétitifs. Nous devons minimiser nos coûts de production. Pour cela nous devons couper la canne au moment de sa production maximale et d’optimiser les frais d’usinage. Il existe dans la loi du travail régissant l’industrie sucrière des contraintes qui ne nous aident pas. Il est important de noter que tous les producteurs, y compris les employés, bénéficieront de cette optimisation.
La production sucrière est en baisse constante. Est-ce toujours à cause des facteurs climatiques ?
Les facteurs climatiques sont effectivement très importants pour une production sucrière optimale. Il est aussi vrai que les variétés plantées sont aussi importantes. D’où la nécessité de trouver des variétés plus adaptées aux changements climatiques. Nous pensons qu’il est important de faire un état des lieux de l’évolution des changements climatiques sur les 15 dernières années. Cette étude nous permettra d’affiner les recommandations variétales en fonction des changements climatiques.
Comment s’annonce la campagne 2016 ?
Elle s’annonce bien. La pousse a été meilleure que l’année dernière dans tous les secteurs de l’île et les résultats des premières analyses de taux de sucrose sont attendus. Nous avons également demandé aux producteurs de nous faire parvenir leurs premières estimations de production au 15 mai 2016 et le Crop Estimates Coordinating Committee se réunira le 17 mai prochain.
Y-a-t-il un manque de cohésion au sein du secteur agricole ?
Le secteur agricole est très vaste. Il y a les secteurs sucre et non-sucre. Dans le secteur non-sucre il y a encore plusieurs sous-secteurs, allant de la culture vivrière à  l’élevage. Effectivement, vu de l’extérieur, il semble y avoir un manque de cohésion. Nous pensons qu’il est temps de fixer des priorités et de regarder certaines vérités en face. Le secteur agricole doit devenir un secteur prioritaire du pays pour sa sécurité alimentaire et pour la cohésion sociale. L’abandon des terres agricoles doit impérativement être stoppé. Cela devrait être une priorité des autorités.
La superficie des terres destinées à l’agriculture continue à se réduire. Pourquoi, ce désintérêt de la communauté de planteurs ?
La superficie des terres agricoles reste elle-même assez stable, mais c’est la superficie de terres agricoles qui ne sont plus cultivées qui augmente. Il y a plusieurs types d’abandon selon le secteur, sucre et non sucre.
Quels sont ces types d’abandon?
En ce qui concerne le secteur sucre, la dernière étude réalisée par le Sugar Insurance Fund Board en 2010 sur l’état des lieux de l’abandon des terres, donne de multiples explications : manque de main-d’œuvre pour s’occuper des terres, baisse du prix du sucre couplé à une augmentation des frais de production. La succession n’a pas les moyens de s’occuper des terres, de la spéculation foncière, et des développements immobiliers. Cette étude fait ressortir que 89,2 % des terres abandonnées étaient des plantations de moins de deux hectares. Il serait intéressant de réactualiser ces informations et vérifier s’il y a toujours environ 4 500 hectares de terres à canne abandonnées.
En est-il de même pour le secteur non-sucre ?
En ce qui concerne le secteur non-sucre, la situation est beaucoup plus simple. La population agricole est vieillissante et l’agriculture n’attire pas la jeune génération. Nous avons le devoir de revaloriser le métier d’agriculteur et de trouver des moyens pour ramener cette nouvelle génération vers les métiers de la terre.

Production de légumes bio: un objectif voué à l’échec!!!!!


Production de légumes bio: un objectif voué à l’échec
Par Jean Cyril MONTY

ecologically grown veggies

Source L'Express 03 June 2016

Les légumes bio coûtent en moyenne 90 % plus cher que ceux produits de manière conventionnelle. Produire 50 % de la production locale de légumes frais sous le label bio, tel est l’objectif fixé par le gouvernement lors de la présentation du Budget 2015/2016 par l’ex-ministre des Finances. Ci-après, un extrait de sa déclaration sur le sujet. «We have the ambition of producing no less than 50 per cent of our total local food production according to bio norms.» Un délai de cinq ans a été fixé pour atteindre cet objectif, comme indiqué dans le plan stratégique 2016-2020 pour le secteur non-sucre élaboré par le ministère de l’Agro-industrie. Tenant compte des spécificités propres à la production organique, c’est maintenant que devrait commencer la conversion des terres (interdiction d’utiliser des fertilisants et des pesticides chimiques, etc.) avant que les premières récoltes bio ne soient certifiées dans trois ans. Ainsi, point de round d’observation.


Un rapide calcul fait voir que 50 % de la production locale sous le label bio représente, basé sur les statistiques prévisionnelles de la récolte 2015 de Statistics Mauritius, un volume de 40 000 tonnes de légumes. Ainsi, Maurice aspire à devenir la championne mondiale des légumes bio, proportionnellement s’entend.


À titre de comparaison, la France, un des leaders mondiaux du bio, ne produit que seulement 3 % de légumes organiques. En Amérique du Nord (États-Unis et Canada) et sur l’ensemble du continent africain, les légumes organiques ne représentent que seulement 2 % et 1 % respectivement de leur superficie totale sous bio. Par ailleurs, des 43 millions d’hectares de terres agricoles dédiés au bio à travers le monde, les légumes n’occupent que 0,7 % (305 342 hectares) de cette surface. La faible superficie dédiée est due au fait que produire des légumes bio est une activité ardue et semée d’embûches avec un pourcentage élevé d’échecs comparé à d’autres produits porteurs à très haute valeur ajoutée comme les céréales, le café, le cacao, les oléagineux, le raisin ou encore le coton.

Alors qu’à travers le monde, les principaux pays producteurs du bio développent leurs cultures de légumes organiques avec beaucoup de prudence, voilà que chez nous on compte faire exactement l’inverse. L’objectif fixé est d’une envergure tellement démesurée qu’il peut être catalogué de pure fiction et, plus grave encore, démontre qu’aucune étude sérieuse n’a été entreprise au préalable afin, entre autres, de :


  • (i) faire un état des lieux de la filière des légumes frais,
  • (ii) étudier le comportement des plantations bio sur une base commerciale tenant compte de la forte incidence de maladies et d’insectes,
  • (iii) quantifier la main-d’oeuvre additionnelle requise, tenant compte du fait que de par leurs spécificités, les plantations de légumes bio requièrent une main-d’oeuvre
  • intensive,
  • (iv) déterminer la demande locale en légumes bio et leur accessibilité à la population, tenant compte que le prix de vente du bio est nettement supérieur à celui des légumes conventionnels,
  •  (v) estimer la superficie des terres agricoles additionnelles requise, considérant que la productivité des légumes bio est inférieure à celle des légumes conventionnels.


Il est inopportun que le pays s’embarque dans une telle entreprise qui, basée sur l’objectif fixé, est vouée à un échec certain, sans oublier les énormes ressources tant financières qu’humaines qui devront être mobilisées. De plus, ce bouleversement aura inévitablement une grave répercussion sur l’ensemble de la filière des légumes qui est dans un état végétatif depuis très longtemps et dont les multiples problèmes auxquels elle est confrontée ne font que s’aggraver comme en témoigne une productivité en chute libre depuis 2009.

Voyons les faits.

Une production locale défaillante et une consommation en baisse

La production locale de légumes (excluant le riz) n’a cessé de péricliter au cours de ces dernières années. Une analyse entreprise à partir des statistiques officielles de Statistics Mauritius, couvrant la période 2009 à 2015* (*chiffres prévisionnels), fait voir :

  • (i) une productivité en chute libre, passant d’une moyenne de 14,9 tonnes/ hectare en 2009 à 11,8 tonnes/ hectare en 2015 (-21 %). Il faudrait remonter 23 ans en arrière, notamment en 1992, pour noter un rendement aussi catastrophique.
  • (ii) une production en régression, passant de 94 143 tonnes en 2009 à 79 853 tonnes en 2015 (-15 %).
  • (iii) une consommation nette de la production locale (excluant les exportations) en baisse, passant de 79 kilos/ tête en 2009 à 65 kilos/ tête en 2015 (-18 %).
Source de la superficie cultivée

La superficie récoltée s’est élevée à 6 775 hectares en 2015. À partir d’une analyse
personnelle, cette surface proviendrait de deux sources :


  • (i) terres permanentes (appartenant essentiellement aux petits planteurs et dont deux cycles de cultures peuvent être entrepris annuellement).
  • (ii) terres à cannes (terres de rotation – entre deux cycles de cannes) appartenant principalement aux compagnies sucrières et dont seulement un cycle de culture peut y être effectué.

Ainsi, les 6 775 hectares récoltés découlent d’une superficie physique de 4 238 hectares, répartie comme suit (Tableau I):






Ainsi, il est permis de croire que les terres de rotation, qui ne sont disponibles que pendant quelques mois seulement avant que la canne ne soit replantée, seraient, pour des raisons évidentes, déduites de toute superficie qui pourrait être mise sous bio.


S’agissant des terres permanentes cultivées essentiellement par les petits planteurs, il est estimé qu’une majorité d’entre eux ne se risqueraient pas dans la culture des légumes bio, tenant compte des risques financiers réels que cela comporte. À cet effet, il serait opportun de rappeler que Statistics Mauritius a énuméré, en ordre d’importance, les principaux problèmes auxquels sont confrontés les planteurs de légumes, avec les maladies et les insectes se retrouvant en tête de liste, suivis des catastrophes naturelles.

Rendement des légumes bio inférieur aux légumes conventionnels

Une étude entreprise, en 2013, par l’université McGill au Canada, en collaboration avec celle du Minnesota aux États-Unis, a démontré que le rendement moyen des légumes bio, tous types confondus, est de 33 % inférieur à ceux produits de manière conventionnelle. Cette expérimentation avait été menée sur 316 différentes cultures, équitablement partagées entre le bio et la culture dite normale, réparties à travers 62 différentes zones expérimentales. La conclusion de cette étude se compare favorablement à celle d’autres enquêtes menées en Europe et ailleurs.

Par ailleurs, une étude réalisée par l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), organisme français de recherche, dans le cadre du programme écophyto, montre des pertes de rendement allant de 30 à 70 % pour différentes cultures bio.

Le tableau suivant (Tableau II) fait voir que pour produire 50 % de la production locale de légumes en bio, cela nécessiterait une surface physique additionnelle de 714 hectares. Cet exemple est basé sur une baisse de 30 % dans le rendement du bio.


 
Les légumes bio : trop chers pour la majorité des consommateurs

Il est un fait que les légumes bio sont vendus à un prix nettement supérieur comparé aux légumes conventionnels en raison, notamment, d’un coût de production bien plus élevé et d’un rendement relativement faible.

Une analyse des prix de vente de trois légumes frais (carotte, tomate et laitue)
affichés sur les marchés en gros de Boston, Los Angeles et Philadelphie, aux
États-Unis, fait voir que ces produits sont commercialisés entre 94 % et 148 % plus chers que ces mêmes légumes conventionnels.

Par ailleurs, une étude sur 600 produits agricoles, publiée dans le magazine français Linéaires, fait ressortir que les légumes bio coûtent en moyenne 90 % plus cher que les conventionnels.

Ainsi, un rapide calcul fait voir que le consommateur local qui achète Rs 300 de légumes par semaine et qui souhaiterait dorénavant se tourner vers le bio, devrait débourser, en moyenne, Rs 150 de plus si les légumes organiques étaient vendus 50 % plus cher ou encore Rs 270 basé sur une augmentation de 90 %.

Avec de tels écarts de prix, il est clair que les légumes bio seraient difficilement accessibles à une majorité de consommateurs, comme c’est le cas à travers le monde… À moins que le gouvernement ne décide de subventionner leur prix de vente.

L’offre et la demande

Maintenir l’objectif de produire 50 % de légumes bio, tenant compte que la superficie additionnelle requise soit disponible, engendrerait inexorablement une situation chaotique entre l’offre et la demande de l’ensemble de la filière des légumes.

D’une part, l’on se retrouverait dans une situation où très certainement l’offre serait supérieure à la demande pour le bio et ce en raison de la cherté du produit, entre autres.

D’autre part, une production de légumes conventionnels diminuée de moitié entraînerait inévitablement des pénuries permanentes avec une demande nettement supérieure à l’offre. Il en découlerait donc des prix de vente inaccessibles aux économiquement vulnérables.

Conclusion
Le constat présenté ci-dessus fait voir les risques énormes que représente la décision prise par le gouvernement concernant l’objectif fixé pour la production de légumes bio, qui est avant tout un marché de niche destiné à une clientèle aisée. Ainsi, persister dans voie, sous sa forme actuelle, ne ferait que des perdants.